Sabots de vénus : repousses difficiles

Le suivi des sabots de Vénus se poursuit après la réintroduction de 500 plantes en 2018 sur deux sites du Parc.

Les résultats sont hélas préoccupants, car seules 48% des plantes ont poussé cette année à La Neuveville alors que 70% sont sorties de terre à la Combe Grède. Cette diminution progressive dans la repousse des plantes réintroduites rappelle une fois encore que la préservation vaut mieux qu’une réintroduction !

Par ailleurs, une recherche de l’Université de Neuchâtel a permis d’échantillonner les insectes pollinisateurs de cette orchidée forestière ainsi que d’étudier les odeurs qu'elle émet. Ce travail, encore en cours, a été réalisé dans toutes la Suisse et devrait permettre de mieux comprendre le processus de pollinisation de cette espèce menacée.